Heureusement en montagne, l'eau est presque toujours présente mais souvent, hélas sous forme de neige, de glace, ou traversant un alpage. Il faudra donc recourir à un réchaud, une bougie, cas extrême la simple chaleur du corps, et des pastilles pour faire fondre et purifier ce breuvage.
Boire en montagne est un geste très important, l'hydratation est votre carburant en montagne
Si l'on utilise la chaleur du corps, mettre des petites quantités de neige dans un récipient (gourde, sac plastique) et les placer sous les vêtements.

A l'arrêt, si le soleil est présent, on peut également faire fondre la neige sur une toile plastique ou tout tissus déperlant de couleur sombre ou récupérer l'eau de ruissellement.

On peut dire que, se trouvant dans des conditions difficiles, il faut avant tout savoir analyser la situation en fonction de l'état de fatigue des randonneurs, de l'éloignement, des moyens matériels, des secours éventuels, et des conditions atmosphériques, ceci pour décider soit de rester sur place en s'organisant en conséquence, soit de continuer la progression en prenant toutes les précautions.
Dans la plupart des cas, les situations de survie doivent être évitées par un entraînement adapté, une bonne connaissance de soi-même et de l'environnement, respect de l'horaire.

Anticiper, prévoir, être prudent ne changera pas votre plaisir d'être en montagne et de vous exprimer. Pourtant, il ne vaut mieux pas chercher à battre des records dans un premier temps, garder une bonne dose d'humilité qui vous permettra d'avoir une marge de sécurité suffisante en toutes occasions.